Exposition

23 février au 28 avril 2024

Vernissage

24 février 2024 17:00 - 20:00

Description

Halcion Sleep (1994) est un plan séquence vidéo noir et blanc qui documente une action performative, à la manière des premiers usages du médium pour la captation des performances des années 60. L’artiste endormi est allongé en pyjama sur la banquette d’une voiture qui circule la nuit. Les lumières de la circulation qui défilent sur les fenêtres arrière font l’effet d’une seconde projection, comme dans la technique hollywoodienne de la transparence. L’absence de son suggère une hallucination, et le sommeil où l’artiste est plongé évoque une autre projection qui nous est inaccessible, son rêve.


Halcion est le nom d’un hypnotique à effet rapide, autrefois populaire, aujourd’hui rarement prescrit. Rodney Graham s’en est administré .5 mg dans un motel des environs de Vancouver. Son frère et un ami étaient chargés de le ramener chez lui en ville. S’exhibant en situation d’impuissance totale, Graham détourne à la fois les scénarios du film noir et le mythe de l’artiste-démiurge.


C’est la première pièce de Graham avec l’image en mouvement. Elle inaugure de nombreuses œuvres où il se met en scène – dans ses films 16 mm et ses photographies sur caissons lumineux –, tout en évoquant l’histoire du cinéma et celle de la performance, avec un humour caustique.

BIO

(Né à Abbotsford, Colombie-Britannique, Canada en 1949 – Décédé à Vancouver, Colombie-Britannique, Canada en 2022)

À partir des enjeux de la photographie, Rodney Graham a construit un univers plein d’humour, se mettant en scène dans des fables visuelles pour critiquer l’histoire des représentations. Sa pratique comprenait l’installation vidéo et le film, la performance et la peinture, mais aussi la musique. Il a représenté le Canada à la Biennale de Venise en 1997, et il fait l’objet de nombreuses expositions solos internationales. Il était officier de l’Ordre du Canada.

 


 

MANIF D’ART 11

Sous les thématiques des forces du sommeil et de la cohabitation des vivants, Manif d’art 11 – La biennale de Québec s’inspirera de l’hiver canadien et du sommeil de la terre pour s’intéresser à celui des humains et explorer les nuances multiples de l’éveil. Moments de latence, de transition, de pause, la saison froide et le sommeil ont en commun de suspendre la productivité, et de résister aux principes de l’exploitation des corps et des ressources. De ces alternances quotidiennes ou saisonnières, où les différentes espèces et leur environnement peuvent entrer en correspondance, dépendent la régénération du vivant, et aussi l’écoute, l’attention portée à la connaissance de soi et aux interactions avec d’autres formes de vie. Parce qu’il libère des forces intérieures incontrôlées et parfois décisives, parce qu’il altère nos réflexes et modifie nos perceptions, le sommeil a la capacité de modifier notre appréhension du monde.

Commissaire : Marie Muracciole

Galerie de La Bande Vidéo

620, Côte d’Abraham
Québec (Québec) G1K 3P9
Canada

Du jeudi au dimanche
12h à 17h

Collaboration

Exposition

11 mai au 9 juin 2024

Exposition à venir

Roberto Santaguida

First Fifth